(ce qui précède est ici)

Sale cochon, pire, vieux cochon …

Mais pourquoi qualifier les hommes dont on n’apprécie pas le comportement, notamment dans le domaine du plaisir sexuel, de porc ? Pourquoi ce jugement axiologique pratiquement toujours connoté négativement et que l’on trouve encore aujourd’hui dans tous les domaines, même politique, il est vrai, dans notre exemple, émis par feu-Chavez à l’encontre de son adversaire politique à l’élection présidentielle : «Tu as une queue de cochon, tu as des oreilles de cochon, tu ronfles comme un cochon: tu es un cochon” ? Paradoxalement, c’est en partie en raison de sa proximité avec l’homme, qui facilite toutes les projections anthropomorphiques. Et même si Marcela Iacub déclare aimer le cochon (pas l’animal qu’elle ne consomme plus car elle respecte plus les animaux que les hommes), on voit très bien qu’elle pense le contraire de ce qu’elle écrit, car tout montre qu’elle a aimé notre économiste comme … le charcutier aime le porc … c’est-à-dire mort (“Je me disais À quoi bon continuer de le traîner de tribunal en tribunal, de viol en viol ? Il serait plus utile transformé en jambon. Il pourrait nourrir les contribuables au lieu de leur coûter tant d’argent.”) Ce faisant, par son comportement et son livre, et contrairement à ce qu’elle prétend faire, elle réactualise les poncifs négatifs envers la sexualité que l’on entend encore aujourd’hui et quand il s’agit de vieux, la dévalorisation est encore plus grande. Dans le journal Le Monde du 25 février 2013, on peut lire la déclaration d’une aide-soignante travaillant dans une maison de retraite dans laquelle ” la sexualité des résidents est souvent perçue comme quelque chose de sale et de pervers ” et une autre ajoute : “J’ai déjà entendu des soignants insulter les résidents et les traiter de vieux cochons “.

Cochon jouisseur, matérialiste, pécheur, pervers …

Le porc est perçu par l’homme comme sale car il a besoin de se couvrir le corps de terre pour se protéger de la chaleur. Et cela permet au philosophe pré-socratique, Héraclite, de dévaloriser cet animal : « Les porcs se complaisent dans la fange plutôt que dans l’eau pure ». Plutarque le soupçonne de perversité car il trouve du plaisir dans les lieux sales. Et dans la tradition chrétienne et juive, le fait pour le porc de se rouler dans la boue devient le symbole du péché car Plotin estime que son corps est impur et rares sont les auteurs qui qualifient de positif le plaisir que le porc trouve à se rouler dans la boue en raison de sa nature propre. L’historien Michel Pastoureau dans son livre Bestiaires du Moyen-Age cite un texte anglais de la fin du XIIe siècle qui résume fort bien l’ensemble des projections culturelles négatives que l’homme fait sur lui : saleté, hédonisme, matérialisme, manque de transcendance et recherche indéfinie de plaisirs purement immanents au monde : « Le porc est une bête immonde, qui fouille constamment la terre avec son groin pour y chercher la nourriture. Il regarde toujours vers le sol et ne lève jamais la tête vers le Seigneur. C’est pourquoi il est l’image de l’homme pécheur qui préfère les biens de ce monde aux trésors du ciel. Bien qu’il ait l’ouïe fine le verrat n’entend pas la parole de Dieu mais préfère écouter les appels incessants de son ventre. Il symbolise les puissants qui ne travaillent pas et ne sont jamais rassasiés de plaisirs. La truie est une femelle lascive, dépourvue de bile ; ses porcelets sont plus nombreux que ses mamelles. Elle mange souvent des ordures ou des charognes et parfois même se plaît à dévorer la chair de ses propres enfants ». Le même historien rappelle par ailleurs que porcus (porc) est l’anagramme de corpus (corps) et que pour les prédicateurs et les théologiens le porc n’est autre que la figure de Satan qui revêt une forme porcine pour venir tenter les hommes

Représentation du porc au Moyen-Age dans le Bestiaire d’Aberdeen

Ainsi le porc permet aux philosophes et aux croyants de dévaloriser les hommes qui ont décidé de vivre en recherchant des plaisirs essentiellement corporels, matériels, immanents au monde, sans se soucier de se tourner vers un autre monde que ce soit celui des Idées (chez Platon) ou de Dieu. Epictète exprime cette dualité de l’homme, animal donc pourceau virtuel par son corps, mais dieu en tant qu’il possède un esprit : « Nous sommes composés de deux natures bien différentes : d’un corps qui nous est commun avec les bêtes, et d’un esprit qui nous est commun avec les dieux. Les uns penchent vers cette première parenté, s’il est permis de parler ainsi, parenté malheureuse et mortelle. Et les autres penchent vers la dernière, vers cette parenté heureuse et divine. De là vient que ceux-ci pensent noblement, et que les autres, en beaucoup plus grand nombre, n’ont que des pensées basses et indignes. — Que suis-je, moi ? Un petit homme très malheureux ; et ces chairs, dont mon corps est bâti, sont effectivement très chétives et très misérables. — Mais tu as en toi quelque chose de bien plus noble que ces chairs. Pourquoi, t’éloignant donc de ce principe si élevé, t’attaches-tu à ces chairs ? Voilà la pente de presque tous les hommes, et voilà pourquoi il y a parmi eux tant de monstres, tant de loups, tant de lions, tant de tigres, tant de pourceaux. Prends donc garde à toi, et tâche de ne pas augmenter le nombre de ces monstres. »

Et chez Platon, vivre comme un porc, à savoir ne rechercher que des plaisirs liés au corps et au monde empirique, a des conséquences métaphysiques puisque lors de la mort de notre corps, notre âme devra nécessairement trouver un autre corps, métempsychose, qui sera conforme au type de vie que nous avons mené. Le philosophe (Marcela Iacub, la sainte ?!) qui a réussi à faire mourir en lui tout plaisir lié au corps en « s’affranchissant et en séparant l’âme du corps» (Phédon), verra son âme quitter définitivement tout ce qui se rapporte au sensible (« l’âme sera seule elle-même, sans le corps »(Phédon)). Mais qu’en est-il de l’amoureux des corps, des plaisirs sensibles ? «Mais si, je suppose, l’âme est souillée et impure en quittant le corps, parce qu’elle était toujours avec lui, prenait soin de lui, l’aimait, se laissait charmer par lui, par ses désirs, au point de croire qu’il n’y a rien de vrai que ce qui est corporel, ce qu’on peut toucher, voir, boire, manger, employer aux plaisirs de l’amour, et si elle est habituée à haïr, à craindre et à éviter ce qui est obscur et invisible aux yeux, mais intelligible et saisissable à la philosophie, crois-tu qu’une âme en cet état sera seule en elle-même et sans mélange, quand elle quittera le corps ? » (Phédon). Ne pouvant quitter le monde sensible, cette âme devra choisir le corps d’un animal, par exemple, celui d’un porc puisque selon Platon, celui qui n’a vécu que pour satisfaire la partie de l’âme qu’il nomme l’appétit (epithumia, la partie de l’âme, le bas ventre, la plus en relation avec le corps et la matière, les désirs, les passions) devra prendre le corps des animaux dits licencieux.

Cochon d’Inde, produit de la métempsychose : un cochon dans la ville qui n’est autre que le nouveau corps d’un homme qui a consacré sa vie précédente à la seule recherche des plaisirs du corps..

(à suivre ici)