« Reconnaître ses devoirs, est-ce renoncer à sa liberté ? »

L’essentiel :

 – on peut jouer dans ce devoir sur le fait que le devoir oblige, semblant d’opposer par là radicalement à la liberté.

– Mais l’obligation n’est pas une contrainte

– Jouer sur le contre-sens habituel des pré-philosophes qui «définissent » la liberté comme la capacité de faire ce que l’on veut quand on le veut. Or la liberté suppose choix mais surtout choix volontaire (et non pas expression de désirs ou de pulsions) éclairé par la raison.

Un sujet classique mais piège pour ceux qui n’ont fait aucun effort de conceptualisation dans l’année. Et on peut d’ailleurs utiliser leur méconnaissance et de leurs fausses conceptions de la liberté et du devoir, pour poser la question en introduction !  Si l’on demande en début d’année (et malheureusement parfois en fin … et même sur la copie) de définir la liberté, 100% de ceux qui répondent, déclarent fièrement « que la liberté consiste à faire ce que l’on veut quand on le désire ». Et parler de devoir » fait surgir aussitôt l’idée de contrainte dans leur esprit … Comment pourrait-on concilier le fait de vouloir et pouvoir faire tout ce que je veux quand je le veux avec l’idée de devoir à accomplir ressenti comme une contrainte ?

Rien n’interdit de construire une partie de son devoir (sic) sur ces deux faux-sens portant sur la liberté et le devoir. Et dans cette partie on pourrait ajouter comme argument que le devoir est quelque chose qui s’impose au sujet, de telle sorte que l’on pourrait penser que celui-ci renonce à sa liberté.

Il s’agit là d’une notion très ambiguë dans la mesure où il peut aussi bien signifier l’idée de nécessité que celle de liberté. En effet lorsque l’on dit que l’homme doit mourir, nous renvoyons à une réalité qui, pour l’instant, ne peut pas ne pas être et se révèle être une contrainte. Mais nous pouvons dire aussi que l’homme doit respecter les droits d’autrui, qu’il doit assistance aux autres personnes. Dans cette deuxième acception, il n’y a plus l’idée de nécessité, de ce qui ne peut pas ne pas être mais, au contraire, l’idée que je peux fort bien ne pas me soumettre à ce devoir ; à la place de la nécessité, apparaît l’idée de contingence c’est-à-dire de ce qui peut ne pas être. Comme le fait remarquer Le Senne dans son Introduction à la philosophie, l’idée de devoir moral implique la possibilité aussi bien d’une obéissance que d’une désobéissance. Alors que l’idée de liberté semble exclue dans le premier emploi du concept de devoir, elle est au cœur et elle est la condition même du deuxième sens de la notion de devoir. (On voit donc qu’il serait très dangereux de ne garder que l’idée de contrainte et de nécessité associées à celle de devoir : ce serait s’interdire de comprendre fondamentalement la morale fondée sur le devoir[1]).

Cette erreur se manifeste souvent lorsqu’on aborde l’idée d’obligation qui est intrinsèquement liée à celle de devoir car le devoir est ce qui oblige et non pas ce qui contraint. Le contresens vient du fait que, de plus en plus, les hommes pensent que tout devoir et toute obligation qui y est liée, représentent une contrainte. Il est vrai qu’une lecture rapide de la définition du devoir par Kant pourrait prêter à une telle erreur dans la mesure où le concept de nécessité y figure : “le devoir est la nécessité d’accomplir une action par respect pour la loi morale“. De plus dans tout devoir il y a l’idée d’une coercition que le sujet s’impose à lui-même ; coercition qui n’est pas présente, comme le fait remarquer Kant dans l’amour. En effet, ce dernier est “affaire de sensation et je ne peux aimer parce que je le veux, mais encore moins parce que je le dois (ce qui signifierait être forcé à l’amour)” (Kant, Doctrine de la vertu, $ 401, G.F, p. 246). Et il ajoute qu’à la différence de l’amour, “tout devoir est coercition et constitue une contrainte exercée sur soi-même d’après une loi” (ibid.). Dans le devoir, le sujet s’élève au-dessus de ses sentiments, de ses intérêts, de ses passions ; et l’idée de contrainte que Kant introduit ici renvoie essentiellement au fait que le devoir moral doit contraindre et faire plier mes inclinations sensibles. Mais il n’y a pas la présence charnelle, sensible d’autrui quand il n’y a que le devoir. Ainsi n’être qu’un devoir pour quelqu’un, c’est n’être rien pour lui.

Bref, quand on obéit au devoir, on gagne la liberté de ne pas être soumis à ses intérêts, à ses passions. Mais on pourrait faire l’objection suivante : ma liberté consiste à accomplir mes désirs, mes passions et si j’obéis au devoir je perds ma liberté. Et c’est ici qu’une réflexion sur l’essence de la liberté, mieux, sur ses conditions de possibilité, est indispensable.

L’essence de la liberté

On confond généralement les différentes conceptions de la liberté (la liberté comme libre arbitre chez Descartes ou la liberté comme acceptation du destin ou de la nécessité (stoïciens) avec la définition ou, mieux, l’essence de la liberté. (Cela revient à confondre les différents modèles de voiture avec la définition ou l’essence d’une voiture). Et quelle que soit la conception que l’on choisit de la liberté, il faut qu’elle comporte les trois conditions de possibilité nécessaires et suffisantes :

– Il faut, pour qu’un être puisse être qualifié de libre, qu’il dispose d’une conscience ou mieux d’une raison. A contrario, on qualifie d’aliéné (de non libre) l’être qui a perdu la raison. Et la conscience ne suffit pas car, comme l’ont dit à leur façon Spinoza et Freud, ce n’est pas parce que je suis conscient de mes désirs que pour autant j’en connais les causes et les raisons. Un malade mental qui, sous l’emprise de la folie, tue consciemment un être qu’il connaissait ne sera pas jugé mais soigné (dans les pays qui ne se laissent pas manipuler par des idéologies politiques sécuritaires) car on estime qu’il avait perdu la raison, la faculté de juger la valeur de son acte.

– Il faut être en mesure, dans l’action que l’on fait, de l’effectuer volontairement. Si elle est le produit d’une contrainte la liberté disparaît.

– Il faut être en présence d’un choix effectif. Voilà pourquoi Rousseau pouvait à juste titre dénoncer les contrats d’esclavage qui ne proposaient pas de véritable choix pour celui qui les signait.

On voit donc que devoir et liberté forment une symbiose parfaite dans la mesure où le devoir auquel je m’oblige est le fruit de ma liberté bien comprise. Ce que Jean-Jacques Rousseau exprimait fort bien dans la phrase suivante : « « On pourrait sur ce qui précède ajouter à l’acquis de l’état civil la liberté morale, qui seule rend l’homme vraiment maître de lui; car l’impulsion du seul appétit est esclavage, et l’obéissance à la loi qu’on s’est prescrite est liberté. » (Contrat social, Livre 1, chapitre 8).

[1] Il est vrai  que Kant définit la notion de devoir en faisant appel à la notion de contrainte quand il écrit : “La concept de devoir est déjà en lui-même le concept d’une coercition (contrainte) exercée sur le libre-arbitre par la loi ; or cette contrainte peut être une contrainte extérieure ou une contrainte exercée par soi-même“. Mais il ne faut pas oublier que cette contrainte dans le devoir est la conséquence d’une volonté libre d’un sujet qui se contraint à suivre la loi qu’il s’est donnée.