Errance conceptuelle de l’économie quant à la question du bonheur … et du plaisir.

(épisode précédent ici)

Le travail de l’économiste Daniel Cohen nous permet-il d’avancer dans notre recherche d’un sens fort de la notion de plaisir ? La réponse est-elle aussi négative que pour les biologistes qui prétendaient avoir mis en évidence le gène du bonheur chez les femmes ? Tout à sa description du désenchantement ressenti par les individus vivant dans des sociétés dont le niveau de vie pourtant s’élève, nous constatons que l’économiste ne fait preuve d’aucune rigueur dans l’emploi des concepts visant à décrire le sentiment vécu par ces hommes. Ainsi les concepts de satisfaction, de plaisir, de bonheur, sont considérés par lui comme des synonymes, constamment substituables, n’altérant pas l’objet étudié. Interrogé sur les raisons qui font que le bonheur régresse ou stagne dans les sociétés dont la richesse augmente, il répond : « Le point essentiel, que les économistes ont fini par comprendre, est que les humains sont incapables de prévoir cette adaptation elle-même. Les gens pensent qu’en ayant plus qu’ils n’ont aujourd’hui ils seront heureux, mais uniquement parce qu’ils ne parviennent pas à comprendre que, une fois riches, leurs besoins évolueront aussi. Le plaisir que l’on pense obtenir en s’enrichissant s’évapore, et il en faut encore davantage, mais toujours en vain. » On passe ici du bonheur au plaisir sans se poser de question de la nature des deux. Certes, Daniel Cohen veut simplement montrer l’illusion qui consiste à penser que l’on peut obtenir le bonheur par l’accumulation de plaisirs provenant de la satisfaction de besoins qu’ils ne pouvaient pas auparavant combler, en raison d’une situation matérielle inférieure. Mais il ne remet pas en question l’idée selon laquelle on pourra passer du plaisir au bonheur. Tous les glissements conceptuels qu’il fait, ne sont possibles que parce qu’il présuppose l’existence d’une nature commune entre ce qu’il nomme satisfaction, plaisir, bonheur. Or bonheur et plaisir sont de nature différente (à lire bientôt sur ce site) ce qui fait que jamais l’accumulation de plaisirs ne pourrait faire passer la personne à l’état de bonheur. Ce dont parle Daniel Cohen et les économistes, ce n’est jamais du bonheur au sens rigoureux de ce terme, mais du sentiment de satisfaction ou de plaisir au sens vague du terme.
Bref, on pourrait dire, en considérant les deux exemples que nous avons analysés, que les biologistes et les économistes sont capables de parler de façon très intelligente de quelque chose, à savoir le plaisir ou le bonheur, qu’ils se montrent incapables de définir ! En cela, rien n’a changé depuis les dialogues socratiques qui établissaient le même constat chez l’ensemble des “spécialistes” interrogés par Socrate! Et cela est très grave pour l’économie qui ne pourra se constituer comme science rigoureuse que si elle parvient à définir (mais est-ce possible ?), le plaisir, le bonheur, le besoin, le désir.
Mais rappelons aux étudiants qu’ils ne bénéficieront pas d’une quelconque mansuétude si, dans leur dissertation de concours, ils font preuve d’une même confusion mentale et conceptuelle. Ils ont devant eux une année pour trouver l’essence du plaisir et du bonheur mais comme le concept de chien n’a jamais mordu personne, la maîtrise des concepts de plaisir et de bonheur ne vous apportera ni l’un ni l’autre. Nuançons, la maîtrise peut apporter un plaisir … Donc au travail …

(à suivre ici)